Saint-Pio de Pietrelcina

  

Père Pio était un frère capucin qui passa 52 ans dans le couvent de San Giovanni Rotondo. Il fut l'unique prêtre catholique à recevoir les stigmates.

 

Il célébrait la Messe de 5 heures à 8 heures, confessait des hommes et des femmes de 8 heures à 5 heures, récitait le rosaire plusieurs fois par jour, construisit un hôpital pour les pauvres, rêva d’une église assez grande pour contenir les foules de pèlerins.

 

Père Pio n’alla jamais en vacances, n’eut jamais de promotion de carrière, n’écrivit aucun livre, ne prononça pas de discours éloquent, ne vacilla jamais dans son obéissance à l’Église. Il pensait seulement à aimer Dieu, sauver des âmes, soulager les souffrances.

 

Il énumérait les péchés oubliés, alla en bilocation dans beaucoup d’endroits autour du monde accompagné usuellement d’un intense parfum, il conseillait sur des évènements qui seraient arrivés dans le futur.

 

Ses blessures ne cessèrent jamais de saigner, son corps ne cessa jamais de souffrir, son esprit ne cessa jamais de penser à Dieu, ses lèvres ne cessèrent jamais de prier, son cœur ne cessa jamais d'aimer.

 

"Christ est ma vie"

Père Pio naquit à Pietrelcina, à 12 kilomètres de Benevento, en Campanie, dans le Sud de l'Italie.

"Je me souviens de chaque pierre de Pietrelcina. J'y tiendrai comme à la prunelle de mes yeux"

 

"Saluez-moi Pietrelcina. Je la tiens enfermée dans mon cœur."

     

Les parents de Père Pio : Grazio Forgione et Maria Giuseppa Di Nunzio

   

Maison où  naquit Père Pio le 25 mai 1887

Intérieur de l'habitation. Père Pio était le quatrième de sept enfants.

"Tout s'est produit là. Là il y a eu Jésus"

 

L'église de sainte-Anne, où il fut baptisé le 26 mai 1887, le lendemain du jour de la naissance.

Par le directeur spirituel nous savons que depuis l'âge de 5 ans il eut les premières extases et désira se consacrer totalement à Dieu.

Le jeune François fit ses études secondaires en privé, avec l'argent que son père envoyait d'Amérique où il avait émigré comme tant de ses compatriotes.

"Mon père franchit deux fois l'océan pour me donner la possibilité de devenir moine"

 

 

 

 

Le 6 Janvier 1903, à l'âge de seize ans il décida d'entrer dans le noviciat capucin de Morcone (Benevento), où il revêtit, le 22 janvier suivant, l'habit franciscain en prenant le nom de frère Pio.

 

  

   Couvent de Morcone et cellule de frère Pio.

"Où mieux pourrais-je te servir, ô Seigneur, sinon dans le Cloître et sous le drapeau du Pauvre d'Assise ?"

 

 

 

De Morcone il se transfère à Sant'Elia à Pianisi (indiqué par l'étoile) pour les études secondaires et le lycée, et à San Marco la Catola pour l'étude de la philosophie.

 

"Moi je veux me faire moine avec la barbe"

 

 

Le 27 janvier 1907 frère Pio émet la profession des vœux solennels et rejoint Serracapriola pour l'étude de la théologie guidé par père Agostino, son directeur spirituel avec le provincial père Benedetto, tous les deux de San Marco en Lamis.

 


 

"Moi frère Pio de Pietrelcina, je demande et promets à Dieu tout-puissant, et à la bienheureuse vierge Marie, et au bienheureux François, et à tous les Saints, et à toi ô Père, d'observer toute ma vie la Règle des Frères Mineurs, confirmée par le pape Onorio, en vivant dans l'obéissance, la pauvreté et la chasteté"

 

Serracapriola : ville, couvent, réfectoire.

 Père Pio poursuit les études de philosophie à Montefusco et à Gesualdo (deux villages indiqués par l'étoile).

                                                    

Couvent de Montefusco                                                                      Couvent de Gesualdo

   

En décembre 1908, à Benevento, il reçoit les ordres mineurs et le sous-diaconat. Pendant toute cette période il est affligé d'une inexplicable et douloureuse maladie qui le tiendra presque toujours loin de la communauté capucine. Père Pio fut ordonné prêtre dans le dôme de Benevento le 10 août 1910.

 

"Je suis dévoré par l'amour de Dieu et du prochain"

En octobre 1911, après une visite médicale du docteur Antonio Cardarelli à Naples, Père Pio est conduit à Venafro, car, selon le diagnostic du célèbre médecin, les jours du jeune moine étaient comptés, il ne pouvait pas voyager longtemps et le couvent de Venafro était le plus proche. Pendant le mois et demi passé dans ce couvent, la fraternité s'aperçut des premiers phénomènes surnaturels : extases divines d'une durée même d'une heure et apparitions diaboliques, de brève durée.

En février 1916, il fut envoyé au couvent de Sant'Anna à Foggia à la recherche d'une place bénéfique pour sa santé. Mais, même à Foggia Père Pio continua à se sentir mal : vomissement, transpirations soudaines, éblouissements, fièvres très fortes. La nuit, ensuite, de sa cellule provenaient des bruits terrifiants qui se terminaient par un grondement tel à ébranler les murs et terroriser les confrères. À Père Benedetto il dit ensuite que c'était le diable lequel, ne pouvant pas vaincre, "crevait" de rage. Pour échapper à la lourde chaleur estivale de Foggia, Père Pio en Juillet 1916 arriva pour un bref séjour dans le couvent de San Giovanni Rotondo, petit village sur le versant méridional du Gargano. Le climat se révéla salutaire et il y restera cinquante deux ans, jusqu'à sa mort.

   

"Je vis pour Jésus-Christ, je vis pour sa gloire, je vis pour le servir, je vis pour l'aimer"

 

Les 11 couvents où Père Pio séjourna au cours de sa vie.

"Dieu est toujours gravé dans mon esprit et dans mon cœur"

   Il n'y avait pas de route lorsque Père Pio alla à San Giovanni Rotondo. Avec le temps les choses changèrent énormément.

 

"Ne doutez pas de l'aide divine"

La cellule de Père Pio au couvent de San Giovanni Rotondo.

 

     

 

Saint-François d'Assise avait les stigmates. Mais, Saint-François n'était pas prêtre ; il était diacre. Les stigmates sont des blessures sur le corps, sur les mains, sur les pieds, et sur le côté, et elles correspondent à celles infligées à Jésus pendant la crucifixion.

   

"Seigneur, je veux expier les péchés de tous, comme tu as fait sur la Croix"

 

Père Pio est l'unique prêtre qui a reçu les stigmates.

   

 Le Crucifix duquel Père Pio reçut les stigmates, situé dans le chœur de la vieille église. Père Pio reçut les stigmates le 20 septembre 1918, pendant qu'il priait après avoir célébré la Messe, à 31 ans.

                        

"Tout à coup j'ai été enveloppé d'une mer de lumière fulgurante. Dans cette lumière j'ai vu Jésus. Il était très beau. De ses plaies sortirent des rayons de lumière très blanche, qui pénétrèrent dans mes mains, mes pieds, mon côté. C'était comme des lames de feu qui pénétraient ma chair en trouant, en coupant, en cassant. Je me sentais mourir. La douleur était immense."

Père Pio avait l'habitude de couvrir les stigmates des mains avec des mitaines qui laissaient les doigts découverts.

   

"Mais crois-tu que les stigmates soient de simples décorations ?"

Quelquefois les supérieurs lui commandèrent de découvrir les mains, de manière à ce que les blessures puissent être photographiées.

   

 

"Laisse-moi la douleur, mais enlève-moi ces marques qui me mettent dans l'embarras."

Il avait l'habitude d'enlever les gants avant de célébrer la Messe.

Les blessures pouvaient être vues pendant la Messe.

        

      

                   

 27 mars 1967

Père Pio célébrait la messe dans l'église du couvent, petite et pleine de monde.

 

 

Une nouvelle église fut consacrée le premier juillet 1959

    

 

Père Pio passa une grande partie de sa journée de 8 heures à 5 heures dans le confessionnal. Les gens venaient de chaque partie du monde. Il confessait dans la vieille église, même après que la nouvelle église fut construite. La confession des femmes avait lieu dans un confessionnal. Les hommes se confessaient dans la vieille sacristie.

   

"Seigneur, ne frappe pas mes pauvres frères, frappe-moi".

   

 

"Récitez fréquemment le rosaire. Il coûte si peu et vaut tellement !"

Père Pio tenait toujours un chapelet dans ses mains, et il récitait le rosaire beaucoup de fois par jour

        

        

"Je suis seulement un pauvre moine pécheur qui prie"

"Ne sais-tu pas que le bien est le fruit de beaucoup de larmes et de beaucoup de souffrance ?

.

 

"Mon pain quotidien et mon plaisir c'est la souffrance"

 

16 avril 1965

Père Pio eut beaucoup de fils spirituels. Il recevait tous leurs messages, qui lui étaient envoyés par écrit ou par tant d'autres moyens, et il trouvait le moyen de répondre à tous.

    

 

"La prière est l'effusion de notre cœur dans celui de Dieu"

 

     

 

""Quand le Seigneur m'appellera, je lui dirai "Seigneur, je reste à la porte du Paradis : j'y entrerai lorsque j'aurai vu entrer le dernier de mes fils""

 

 

"Le bon Dieu m'a confié une mission sur terre : la création d'une clinique pour les pauvres infirmes d'âme et de corps. La clinique s'élèvera belle et grande."

 

 

Pour servir les pauvres Père Pio ramassa les fonds et construisit un hôpital gratuit qu'il appela "Maison Soulagement de la souffrance". Mary Pyle, une citadine américaine, l'aida beaucoup.

 

  Père Pio coupe le ruban inaugural le 5 mai 1956

 

"Ici s'élèvera le plus grand centre de soins des maux de l'homme"

 

   

"Lorsqu' elle est bien faite, la prière émeut le cœur divin et l'invite toujours plus à nous exaucer"

 

Les groupes de prière de Père Pio

 Les groupes de Prière institués par Père Pio dans les années 40, sont disséminés dans le monde entier. Ils furent mentionnés pour la première fois en juin 1950 sur le Bulletin de la Maison Soulagement de la Souffrance (voir ci-dessous une édition choisie au hasard). Ce sont des groupes spontanés unis par l'affection envers Père Pio, qui en accord avec l'Église, se proposent de suivre les principes généraux de la spiritualité franciscaine de Père Pio. Ils sont guidés par l'Oeuvre de Père Pio

 

 

Autres moments dans la vie de Père Pio

     

"Ma nourriture c'est faire la volonté du Seigneur"

 

 

   

"Aidez-moi à porter la Croix, moi qui la porte pour tous"

            

 

 

  

"Prenez-le pour cible et amendez-vous de ce défaut qui vous empêche le plus de vous unir à Dieu"

"À la fin, le pari de notre vie est tout entier dans cet Enfant. Lui a réponse à tout, même aux questions plus difficiles. Sans Lui, seulement un grand vide"
 

  

Celles-ci sont diverses expressions du visage de Père Pio.

       

         

 

 

 

  

  

   

         

"Ou mourir ou aimer Dieu"

2 septembre 1965

   

3 novembre 1965

 

 

"Il est plus facile que la terre tienne sans soleil que sans la Messe"

 

 

La partie la plus importante de la journée de Père Pio c'était la Messe, qui durait de 90 minutes à 3 heures et plus

 

      

 

 

Pendant la messe on percevait qu'il eût une ligne directe avec le surnaturel.

 

 

      

 

 

  

 

Dernière Messe de Père Pio le 22 septembre 1968

 

 

 

Père Pio mourut le 23 septembre 1968

 

 

La tombe de Père Pio

 

   

 Le Pape Jean-Paul II visita sa tombe le 27 mai 1987.

 

 

Père Pio fut proclamé Bienheureux le 2 mai 1999. Il fut déclaré saint le 16 juin 2002. Les cérémonies furent présidées par le pape Jean-Paul II à la Place Saint-Pierre. Étaient présents des centaines de milliers de pèlerins.

 

L'église de Père Pio à San Giovanni Rotondo le jour de la cérémonie :

 

Photographies de Place Saint-Pierre :

  

         

 

 

En 2004  fut inaugurée la nouvelle église près du couvent de Père Pio à San Giovanni Rotondo, conçue par l'architecte

Renzo Piano

        

     

 

 

 

"Remerciez toujours Dieu des faveurs reçues, et ce sera la meilleure disposition pour recevoir de nouvelles faveurs"

 

Chapelet tenu en main et bénit par Père Pio.

 

 

Crucifix que Père Pio bénit, embrassa, et tint dans ses mains plusieurs fois.

 

Petite image avec des mots écrits par Père Pio le 19 octobre 1957

"Que Marie ne retire jamais le regard maternel qu'elle a sur toi. P. Pio"

 

Petite image avec des mots écrits par Père Pio le 18 novembre 1957

 

"Que Marie te regarde toujours avec un œil maternel. P. Pio"

 

 

 

Petite image avec des mots écrits par Père Pio le 18 octobre 1957

 "Que Jésus soit toujours gravé dans ton esprit. P. Pio Capucin"

 

Une des premières petites images émises après la mort de Père Pio pour obtenir sa glorification.

 

Linge utilisé par Père Pio sur la blessure du côté, le 7 février 1957

 

Icône originale de style byzantin, 81 x 61 centimètres, de l'artiste Beverly Layton de Lawton en 2005

 

 

"Lorsque nous faisons quelque chose, faisons-la comme si celle-ci devait être la dernière."